07/09/2010

Une nouvelle année...

Une nouvelle année s’ouvre !

Je tiens entre les mains le nouveau répertoire des Auteurs et Illustrateurs de livres pour l’Enfance en Wallonie et à Bruxelles. Tout frais, tout beau, sentant bon l’encre fraîche. Dans ma petite Boîte Postale 31 à 1140 Bruxelles 14 (si on veut m’écrire, c’est là…). J’aime bien recevoir des lettres. Une belle réalisation du service Culture de la Communauté française. Pour se procurer cet annuaire, on trouve tous les renseignements utiles sur : www.litteraturedejeunesse.be. Je me souviens que c’est dans cet annuaire que j’ai trouvé les premiers renseignements nécessaires à mon métier d’auteur pour enfants -il y a quelques années. Un précieux outil donc. C’est bientôt la rentrée des différents ateliers d’écriture que j’anime -pour la plupart à l’école d’Arts Sasasa : www.sasasa.be. Je me réjouis de retrouver les bancs de ces ateliers à la rencontre de ceux et celles qui feront confiance à mon amour de transmettre l’art (comme je le puis). Ces ateliers sont toujours de magnifiques lieux de créativité. Voire de succès (bien que ce ne soit pas leur fonction essentielle). L’année dernière, plusieurs des élèves qui ont suivi mes ateliers ont vu leurs travaux récompensés qui par un concours, qui par une publication… Le succès de mes élèves est mon succès. Je suis tellement touché lorsque mes élèves sont heureux, célébrés… Quelles belles fêtes ! Cette année s’ouvre pleine de travail… L’autre jour, je suis allé prendre un café au Namasthé à Schaerbeek : www.namasthe.be. Avec Nicolas Viot. C’est un bel endroit que je vous conseille. On y a longuement réfléchi et conçu un magnifique, beau, trop chouette projet derrière lequel nous tenterons (on verra) de rester anonymes. Je n’en dis pas plus. Mystère et boule de gomme. Je suis rentré de vacances (en France et en Espagne) avec quelques textes de chansons. J’ai dans la tête (et dans des fardes sur mon bureau) l’envie d’entamer l’écriture d’un nouveau LM. Tellement de projets qui se bousculent. Il me faudrait trois vies.

Benoît

18:56 Écrit par Oh ! Th | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/07/2010

Oh ! Théo à Redu les 3 et 4 juillet !!!

 

Oh ! Théo sera présent pour le w-e du 3 & 4 juillet à Redu (B), le village du Livre, lors des Premières Rencontres Illustrées 2010. Nous y serons présents, avec plusieurs auteurs et illustrateurs, pour un concept d'atelier en public. Vous y verrez donc des auteurs au travail ! Ben oui, ça travail aussi des gens comme nous...  Sur place, possibilité d'achat de livres des auteurs présents ( avec dédicaces ), de cartes postales, de pin's, de badges aussi, etc ...

Redu se trouve à proximité de l'autoroute E411, sortie 24. La même que l'Euro Space Center.

Le lieu de ces rencontres est place de l'Eglise ( milieu du village Clin d'oeil ) de 10h00 à 18h00.

Il y aura aussi une expo collective dans laquelle vous pourrez y voir notre travail à tous pour la réalisation d'une lettrine. Ci-dessous, la notre, celle de Oh ! Théo.

 

Lettrine03

 

Et voici la très belle affiche de ces Premières Rencontres Illustrées réalisée par une collègue de talent : Sonia MARX.

WE_ILLUSTRATEUR

Renseignements : espace.livre@libin.be

Nicolas



12:50 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

31/05/2010

Comme la moitié de la Belgique

La chanson Comme la moitié de la Belgique de notre ami Raphy Rafaël est en téléchargement gratuit jusqu’au 21 juillet, date de la fête nationale !

Nous vous remercions de bien vouloir faire circuler cette belle information autour de vous !

Cliquez ici

Benoît

16:25 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/05/2010

Oh ! Théo sur scène

 

 

Il y a quelques temps, nous vous avions évoqué le projet d'adapter OH ! Théo sur scène. Sous la forme d'un conte musical illustré en direct. Une histoire existe à ce jour : "Les p'tites souris de la nuit noire Du Chat Noir de Noir". Nous travaillons de nouvelles histoires afin de vous faire rêver, petits et grands, encore plus loin.

Trois représentations ont eu lieu. D'autres dates se profilent :  début de cet été à Bruxelles.

Nous vous tiendrons au courant sur ce blog.

Theo sur scene

Le conteur et musicien Chris Devleeshouwer sur scène

 

Cliquez sur l'image ci-dessus et découvrez une pastille-démo de OH ! Théo sur scène... TA TA TAM !!!

 

Public cible :

Familial à partir de 4 ans

Avec :

Chris DEVLEESHOUWER au conte et aux instruments de musique

Nicolas VIOT à l'illustration et aux pinceaux

Sur un texte de Benoît COPPEE

 

Pour tous renseignements contactez : nicolas44viot@gmail.com

 

Nicolas

 

01:49 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/05/2010

Ateliers d'écriture à Arlon

Ce 10 mai 2010, suite et clôture du magnifique projet d’ateliers d’écriture « Ecris ta source » organisé par la Maison de la Culture et la Bibliothèque d’Arlon. J’ai accompagné cinq classes d’humanité durant plusieurs séances d’écriture avec, en final, l’atelier d’écriture géant qui regroupait toutes les classes. Quel splendide moment, dans la salle du théâtre d’Arlon, où 120 plumes ont pu vibrer d’un même élan ! Nicolas est venu me rejoindre pour la fin du projet afin de partager son expertise d’illustrateur.

 

Les classes qui ont participé au projet ont ouvert un Blog qui rend compte des travaux en ateliers.

  

Visite guidée...

 

Institut Cardijn Lorraine

Institut technique Etienne Lenoir

Institut Notre Dame

 

 

Benoît Coppée

 

20:26 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/05/2010

A propos du Silence d'Aurore

Chère W.,

 

Tu as lu Le Silence d’Aurore.

 

Et ce livre te pose question.

 

Je vais tenter de t’éclairer comme je le peux.

 

C’est un livre difficile.

 

Il n’a pas fini de livrer ses secrets.

 

Le Silence d’Aurore présente le parcours d’un homme en plein deuil. Une histoire entre douleur et folie. C’est vrai, j’ai glissé dans ce livre beaucoup d’images oniriques. Comme surgies d’un rêve. Il y a les cent ballons qui rebondissent sur l’eau. Il y a la place de cirque à Varsovie. Il y a la maison qui prend feu. Il y a le petit cachot très froid. Il y a les cinq cailloux sur un banc. Il y a la vieille Trabant. Il y a la statue de la Vierge. Il y a Olafsen, le jeune marin. Il y a une multitude de petits symboles que j’ai déposés ça et là pour créer des images… Ces images ne s’offrent pas facilement. Elles restent voilées. Elles restent un mystère. Elles restent un doute. Elles restent une interrogation. C’est une volonté de ma part. J’ai tenté, par ce jeu avec les mots et les images, de créer à l’intérieur du lecteur le même sentiment, de doute, de surprise, de flou -voire de folie- qui peut rôder à l’intérieur du protagoniste de ce livre.

 

La douleur nous fait visiter des territoires étranges à l’intérieur de nous. On dit « Aimer à perdre la raison », « Aimer à la folie », « Mourir d’aimer »… Sait-on pourquoi on devient « fou » de tant aimer ? Pour moi, ça fait partie des grands mystères de la vie…

 

C’était important que le protagoniste se dirige vers Varsovie. Parce que la Pologne, c’est loin, c’est en terre étrangère, on y parle une langue inconnue, c’est un pays de froidure et de dénuement. Comme si ce qui nous fait peur dans un processus de deuil, c’est l’avancée vers le froid, la terre où l’on ne comprendra rien, le monde qui nous sera hostile, tellement lointain de notre monde habituel, tellement lointain de ce que nous sommes aujourd’hui. J’ai voulu exprimer le courage de cet homme à oser s’élancer, dans une petite voiture de rien du tout, vers ce pays froid et lointain, métaphore sans doute de l’état que l’on redoute lorsqu’il s’agit, pour nous, d’entamer une « transformation ».

 

« Transformation », le mot est important. Le protagoniste du Silence d’Aurore accomplit, durant tout le livre, sa (lente) transformation. On pourrait, je crois, étudier pas à pas cette transformation, à travers ce qu’il vit, ce qu’il pense… Ou à travers les actes symboliques qu’il pose. A Varsovie, on retrouve le protagoniste dans un cirque. Un lieu plein de couleurs, plein de mouvements. Avec des chevaux, des danseurs et des danseuses.

 

Le cirque de Varsovie, je te propose de le voir à l’image d’un utérus. C’est rond. C’est doux. C’est chaud. On y entend des bruits bizarres. On y voit des lumières étranges. Et si, lors de cette scène finale, le protagoniste du Silence d’Aurore revisitait une part des émotions qu’il a pu vivre dans le ventre de sa maman ? Et si tout ce chemin du deuil, entre douleurs et onirismes, n’avait été là que pour signifier au protagoniste : nos histoires d’amour sont toujours la répétition de notre histoire d’amour avec l’Unique ? L’Unique étant la maman. Le halo de lumière de la dernière scène, ne serait-il pas à l’image de cette lumière que l’on voit paraître à la sortie de l’utérus ?

 

J’ai voulu que Le Silence d’Aurore, par ses images et symboles, tente plutôt de parler à l’inconscient du lecteur qu’à son conscient.

 

Aussi, s’agissant du choix du prénom Aurore, un lecteur m’a écrit : L’Aurore sépare la nuit et le jour, l'obscurité et la lumière, l'inconscient et le conscient, le monde de la lune et le monde  du soleil, le monde du féminin et le monde du masculin, le monde de la mère et le monde du père.


Ce même lecteur a écrit :
Le Silence d’Aurore est un superbe (hum J) récit symbolique du cheminement douloureux, du sacrifice, permettant l'individuation (le fait de devenir un individu) d'un fils de la Mère.

 

La Mère est omniprésente dans le livre à travers le personnage de l’Unique. A travers le personnage de la maman d’Aurore, également. Que véhiculent, que disent, que transmettent, que suscitent, que révèlent ces deux personnages féminins ? En quoi et comment font-elles grandir, se transformer, le protagoniste ?

 

Le protagoniste rencontrera plusieurs femmes lors de son voyage vers la Pologne. Ces femmes vont-elles contribuer à sa transformation ? Si oui, comment ? Comment le protagoniste se comporte-t-il envers le féminin ? Est-il soignant ? Est-il méprisant ? Est-il aimant ? Est-il en colère ?

 

Tu te demandes pourquoi la seule femme que le protagoniste aime, lors de son voyage vers la Pologne, s’appelle Aurore… Comme Aurore… N’y a-t-il pas chez les êtres que l’on aime, une ressemblance inconsciente, qu’on ne distingue pas avec les yeux, mais avec le cœur et qui nous pousse à « aimer » celui-là plutôt que celui-là ?

 

Est-ce qu’on ne reconnaît pas, avec le cœur, dans les êtres qu’on aime, une partie de cet amour que nous avons vécu avec l’Unique, notre maman ?

 

C’est peut être ce que signifie le protagoniste lorsqu’arrivé dans le cirque à Varsovie, il dit : Quoi qu'il puisse se passer ici, ce sera la fin d'un voyage. Et si, de deuil en deuil, nous avancions vers plus de connaissance et de reconnaissance de notre lien d’amour à l’Unique, nos mamans ?

 

Et si nous devions tous réaliser un jour ou l’autre ce voyage à la rencontre des premiers battements de nos cœurs, dans un cirque à Varsovie, dans un ventre, pour commencer à comprendre, un tout petit peu, ce que veut dire « aimer » ?

 

Un voyage au futur. Parce que toujours à réaliser et à recommencer. Au futur comme dans Le Silence d’Aurore.

 

Qui réalise ce voyage ? Les écrivains, les poètes, les créateurs, les lecteurs, les hommes et les femmes… ceux pour qui la vie et l’amour restent les plus grands mystères, les plus belles planètes à découvrir.

 

Je te remercie, W., pour les magnifiques questions que tu m’as posées suite à ta lecture du Silence d’Aurore. Je le redis, ce livre est un livre difficile. Tu as pris le livre à bras le corps. Avec beaucoup de sensibilité. Alors, je désire, outre mes remerciements, te féliciter.

 

(...)

 

Cordialement,

 

Benoît Coppée

 

 

18:35 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/05/2010

Avant première : L'espoir des Kayakos

 

Voilà, c'est terminé ! Notre neuvième tome (hé oui, déjà !!! Sourire) de Tom & Lila est sur les rails des traductions et de l'imprimerie. Sa sortie est prévue pour la première semaine de juin lors de la Semaine Verte ou, aussi appelée, "Green Week".

Ci-dessous sa couverture et un extrait de la première page.

 

couv_tome9-72dpi

Quelle est belle, la forêt tropicale ! Quelle est belle, cette vaste étendue verte ! Des cris d’oiseaux montent de la forêt. Ils se perdent dans le grand ciel tout bleu. Dans la nacelle de la montgolfière aux couleurs d’arc-en-ciel, Tom et Lila ouvrent de grands yeux émerveillés. Fleur, leur meilleure amie, les a invités à rencontrer les Kayakos.
Les Kayakos habitent la forêt. Ce sont les lointains cousins de la maman de Fleur.

.../...


Editions Dg Environnement
Commission Européenne
2010
20 pages - pastels gras

 

Nicolas

23:48 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/04/2010

Pour Haïti

Chers tous,

 

J’ai l’honneur de vous annoncer ma participation à l’ouvrage collectif Pour Haïti.

 

Pour Haïti réunit des textes inédits d’écrivains et poètes du monde entier en solidarité avec Haïti. Ce florilège rassemble plus de 130 auteurs d’Europe, d’Afrique, d’Asie, des Caraïbes, des États-Unis, du Canada, de l’Océan Pacifique, de l’Amérique latine, s’exprimant à l’unisson POUR HAITI.

 

Le livre est disponible à la FNAC en France, DOM, Belgique et Suisse et sur le Site de la FNAC.

 

Merci pour Haïti !

 

Benoît Coppée

19:04 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/04/2010

C'est pour le w-e prochain...

 

Oh ! Théo s'envole le w-e prochain pour la France !!!


en vol!


 


maquette invitation 2010-1



SALON DU LIVRE JEUNESSE "Du Vent dans les pages"
en partenariat avec la Ville de Mont-Saint-Martin

SAMEDI 01 ET DIMANCHE 02 MAI 2010
 
AU PARC BRIGIDI DE MONT SAINT MARTIN
(à la frontière de la Belgique et du Luxembourg)

Entrée libre

Réservez dès maintenant votre week-end pour le salon "Du vent dans les pages"
ouverture des portes du salon, le 01 mai 2010 à partir de 11h00 !
 
AU PROGRAMME DEUX JOURNEES DE FOLIE !


Le Samedi 01 mai 2010, le salon sera groupé avec la fête des associations de Mont-Saint Martin,
plus d'une trentaine d'associations seront présentes dans le parc Brigidi et vous feront découvrir leurs activités.

 40 éditeurs et auteurs venus de toute la France
vous accueilleront pour vous présenter leurs ouvrages jeunesse sur le thème du voyage :

Autrement jeunesse, L’atelier du poisson soluble, hélium, Le Minibus, La cabane sur le chien, Le Verger des Hespérides, L’Oxalide, Spootnik, Paroles de lorrains, Sous la rivière, Pas à Pas, Donneurs de voix, Mélusine Thiry, Nicolette Humbert, Sylvie de Mathuisieulx, Emmanuel Parmentier, Nicolas Viot et Benoît Coppée, Christophe Fourvel, Francis Nibart, Grégoire Kocjan, Janik Coat, la librairie Virgule partenaire du salon sera également présente et bien d'autres encore...

 Egalement des Contes avec Grégoire Kocjan et la compagnie BADABULLE,
Mourad Frik de la compagnie "l'Etoile et la Lanterne"et Amandine Didelot ;

des Ateliers d’illustrations sur le thème du voyage animés par Virginie Borace
inscription à l’adresse mail : lesabracadabrantes@wanadoo.fr (12 enfants maxi / atelier) à partir de 6 ans ;


des Produits issus du commerce équitable
proposés par le Groupement d'Achats solidaires (GASPL)
avec un grand buffet de produits biologiques, vins et bières biologiques et barbecue d’agneau ;


et de la Musique !
Les échappés des oubliettes un spectacle burlesque et une animation déambulatoire
ESTE MUNDO avec Kader FAHEM Flamenco/Gypsy ;
 
Venez nombreux passer un grand moment culturel dans un cadre magnifique.
 
Bon vent ! (dans les pages)
 
L'équipe du Salon
Nous remercions tous les partenaires qui

soutiennent notre manifestation

 
La Ville de Mont-Saint-Martin, La Fondation Batigère, Ngr consulting,
La Maison Chabane, le Conseil Régional de Lorraine, Le Crédit Mutuel de Mont-Saint- Martin, AXA France - Agence AXA Pôle Europe - Saulnes, La Librairie Virgule, Le GASPL, RIV 54, Le Républicain Lorrain, Radio Aria...

 
ORGANISATION / RENSEIGNEMENTS :

ZYRYAB Productions
Licence N°2 : 54-0442 Licence N°3 : 54-0443 - Code APE 90.01Z
N° de Siret : 452 401 946 00028
                                                           
MULLER STEPHANIE

Tél. Office : +33 (0) 9 511 888 36

Email : zyryab@free.fr

BP 33028 -  54401 LONGWY CEDEX (FRANCE)

site : http://www:myspace.com/zyryabproductions  


Adeline Da Costa

missadline@wanadoo.fr


Mairie de Mont Saint Martin

Madame Brigidi 

Tél. +33 (0)3 82 25 23 85 ou N° interne : 385

Fax +33 (0)3 82 25 23 50

Couriel : rpansera@mairie-montsaintmartin.fr
Boulevard du 8 Mai  1945  - 54350 Mont Saint Martin
site : http://www.mairie-montsaintmartin.fr/



23:32 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/04/2010

courrier

Cher J.

 

Je te remercie pour ton courrier suite à ta lecture du roman Julie.

 

Ton coup de cœur pour ce livre me touche.

 

Je suis heureux de pouvoir te compter parmi ceux et celles qui ont pu y trouver un p’tit bout de soleil, un p’tit bout de bonheur.

 

Tu me poses quelques questions.

 

Entre deux scénarios, pendant que le soleil descend sur la ville, je te réponds.

 

Comment ai-je fait pour construire mon histoire ? Ai-je fait un plan ?

 

Je ne fais jamais de plan avant de me lancer dans l’écriture d’un roman (pour l’écriture de scénario de BD ou de films, je travaille d’une manière tout à fait différente. Alors, je fais des plans, des structures, des fiches de personnages…). En écriture de roman, je me laisse embarquer par mes émotions. J’écoute ce que les personnages ont à me raconter. Et je me laisse faire par eux beaucoup plus que je ne leur imprime mes volontés de créateur. Pour illustrer mon propos, je dirais que j’écris comme on rêve. A robinet ouvert. Et je regarde couler l’eau. Ou plutôt l’encre, en l’occurrence. Ou plutôt les lettres sur mon écran d’ordinateur.


D’où m’est venue l’envie d’écrire cette histoire ?

 

J’ai toujours eu envie d’écrire des histoires pour « exister ». « Exister » dans le monde. « Exister » dans mes propres yeux à moi-même. Comme si la valeur que je m’octroyais ne passait que par l’écriture d’histoires et la publication de ces histoires. Avoir mon nom sur un livre pour me prouver que je valais quelque chose dans le monde. Et donc, l’envie d’écrire des histoires est née de ce désir de trouver une manière particulière d’exister. Pour vivre au milieu des miens, les êtres humains. L’écriture s’est inscrite comme un besoin aussi intense que manger et boire… Je parle au passé, parce qu’aujourd’hui, le moteur de mon désir d’écriture est différent. Grâce au succès de mes livres, j’ai la chance d’avoir pu me faire découvrir à moi-même les valeurs que je pensais ne pas trop avoir. Le succès de mes livres m’a permis de me « réparer » sur le terrain, sans doute, d’une blessure. Aujourd’hui, je profite de tout ce que j’ai pu apprendre en matière d’écriture pour me consacrer à des travaux créatifs qui visent à apporter du bonheur au lecteur. Je cherche le bonheur de celui qui reçoit l’œuvre. J’ai envie d’embarquer le lecteur dans un monde différent, coloré, lumineux.


Suis-je comme mes personnages ?

 

Je suis probablement tous les personnages que je mets en scène. Je suis l’homme. Je suis la femme. Je suis l’enfant. Je suis le vieillard. Je suis le chien. Je suis le mouton. C’est obligé pour donner à mes personnages de la chair, de la force, de l’émotion, de la consistance. Je vais chercher à l’intérieur de moi ce que je suis, ce que j’aimerais être, ce que je ne suis pas, ce que je ne serai jamais, ce que je fantasme, ce que j’idéalise, ce que je rêve, ce que je redoute… et avec tout cela, je construis des êtres de papier à l’image d’une partie de moi, nécessairement. J’écoute beaucoup le monde autour de moi. Je me nourris des paroles et des phrases des gens que je croise pour donner, encore et encore, et toujours, la vie à des êtres qui sont des êtres de fiction.

 

Mon livre est-il inspiré d’un fait réel ?

 

Mes livres sont le fruit de mes émotions personnelles. Celles que je ressens. Celles que j’entends autour de moi et me bouleversent ou me touchent. Et donc, mes livres sont toujours inspirés de faits réels… Mais le fait réel se situe tellement loin de l’histoire que je dépose dans mes livres qu’il ne subsiste plus qu’un tout petit fil ténu pour raccorder le réel et la fiction. Ce fil ténu, la plupart du temps d’ailleurs, n’existe plus dans le texte final.

 

Est-ce que j’utilise mon talent d’écrivain pour séduire ?

 

Oui. Certainement. Mais que veux dire « séduire » ? Est-ce, en sa dimension lunaire, vouloir entrer à tout prix dans la vie d’autrui, forcer la porte, pour assujettir l’autre ; ou est-ce, en sa dimension solaire, aller à la rencontre et à l’écoute de l’autre pour tracer des lignes d’humanité porteuses de vie ? J’ai, sans doute, le talent de pouvoir aligner des mots sur le papier. Mes mots n’ont rien de bien particulier sinon que je les souhaite généreux. Je les souhaite « en vérité ». Avec ces mots, je tente de créer des lignes d’humanité. Comme cette réponse à tes questions…

 

Je te souhaite une belle vie à la découverte d’autres livres, d’autres auteurs, qui t’apporteront poésie et bonheur !

 

Cordialement,

 

Benoît Coppée

18:18 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/04/2010

Parcours d'Artistes d'Evere

 

Oh ! Théo sort ses planches en s'exposant lors du Parcours d'Artiste d' Evere (Bruxelles)... C'est le « Le Droryflore » et c'est pour le w-e prochain, soit les 24 et 25 avril !

« Le Droryflore » est une expo reprenant des illustrations extraites des quatre tomes écrits par Diane Drory (psychanalyste spécialisée dans la petite enfance), illustrés par Oh ! Théo et parus aux Editions Soliflor.

 

« Je veux d’l’amour », « Un père, pour quoi faire ? », « La famille idéaleMENT » et « Zéro est arrivé !» seront mis en vente et pourront être dédicacés sur place.

 

Parcours d'Artistes Evere 2010

 

Pour plus de renseignements, cliquez ici

Le lieu de l'exposition est sur le plan  (voir lien ci-dessus) au point 4, soit à l'Espace Toots au 125 rue Stuckens à 1140 Evere (tout proche de la place de la Paix).

 

Nicolas

 

10:57 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

05/04/2010

Parution

Avec 139 écrivains du monde,  j’ai participé à

 

Pour Haïti

 

Ouvrage collectif au profit de Bibliothèques Sans Frontières

 

Renseignements, cliquer ici

 

Commander le livre, cliquer ici

 

Cordialement,

 

Benoît Coppée

 

16:40 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Courrier

Bonjour Nicolas,

 

Tu as de la chance d’avoir un professeur de français qui te suggère d’aller à la rencontre de la littérature belge. C’est avec plaisir que je réponds à ton courrier.

 

Tu me demandes d’éclaircir les thèmes que je développe dans mes livres. Et tu me demandes de t’entretenir sur ma façon de montrer ma belgitude.

 

Ce sont deux belles questions et je t’en remercie.

 

Je pense, je dis « pense » parce que n’est pas un mécanisme conscient, que le fil rouge de mes romans pour adultes est la relation homme-femme à travers ce qui les lie ou les délie, c’est-à-dire « l’amour ». L’amour sous ses formes plurielles. De l’idéalisation à la passion. De la passion au deuil. Julie explore l’idéalisation. Un homme est amoureux de Julie qu’il connaît à peine sinon pour l’avoir vue ou croisée. Bleus explore les peurs, les timidités, les incapacités… que l’on peut ressentir lorsqu’on éprouve, parfois, des difficultés à déclarer sa flamme à celui ou celle qu’on apprécie tant. Ce livre dévoile aussi les prisons qui nous tenaillent, nous empêchent de… Bruxelles-Midi Paris-Nord explore l’intimité qu’un homme et une femme peuvent dévoiler lorsque leur rencontre est éphémère - sur un quai de gare en l’occurrence. Comme si une relation à long terme comportait des risques qui nécessiteraient que l’un et l’autre protègent leur mystère, leur jardin secret. Tandis que lorsque la relation est fugace, le risque serait moindre ; alors on se dévoilerait plus facilement. Le Silence d’Aurore m’apparaît terminer une boucle dans mon processus d’écriture de romans. Ce dernier roman explore le deuil d’une relation. On accompagne le protagoniste de l’histoire sur le long chemin d’un deuil. On assiste à son lent processus d’individuation, un long processus de prise de conscience de son individualité propre. Comme si le protagoniste de ce roman mettait la longue traversée de son deuil au service de sa construction d’homme.

 

Et finalement, à te l’écrire je me pose la question : et si le fil rouge de mes romans était de chercher à dire ou à découvrir « c’est quoi, un homme ? » Oui, c’est peut-être ça, le fil rouge de mes romans : « C’est quoi, un homme… dans ses passions, ses amours, ses prisons, ses incomplétudes, ses deuils ? »

 

L’écriture de mes romans est une écriture inconsciente. Je n’ai jamais « cherché à », « voulu que », « attendu que… » Je me suis mis à écrire, j’ai ouvert des robinets et j’ai regardé l’eau qui en coulait. L’eau tantôt joyeuse, tantôt triste, tantôt affolée. 

 

Je ne peux dès lors parler de mes livres qu’a posteriori, en observer les contours, les formes, les couleurs comme on observerait un nouveau-né dont on se demande comment il a bien pu faire pour se créer ainsi « tout seul ».

 

Qu’est-ce qui nous occupe d’autre, dans nos vies, que l’amour ? Et par lui, l’amour, qu’est-ce qui nous occupe d’autre, dans nos vies, que de chercher à comprendre l’homme ou la femme que nous sommes ?

 

Ce sont les seules questions qui préoccupent mes romans. 

 

S’agissant de la belgitude que je montrerais dans mes livres, faudrait-il, pour répondre à la question, définir ce qu’est la belgitude…

 

Je ne sais pas ce qu’est la belgitude.

 

Pour mon travail d’auteur, je sais que j’aime jouer avec les couleurs. Qu’avec ces couleurs, j’aime peindre les cieux, les nuages, les chambres d’hôpital et les yeux. Je sais que je n’hésite pas à faire tomber tout seuls les murs d’une prison ou à faire monter un tram dans le ciel.  Je sais que mes personnages sont des personnages de chair, de sang et d’émotions qui parlent et agissent avec leur âme à fleur de peau. Je veux dire qu’ils sont « vrais ». Ils sont « humains ». Ce ne sont pas des êtres désincarnés, masqués. C’est la vie toute simple qui traverse les personnages de mes romans. Je me sens très libre dans mon écriture. C’est peut-être ça, la « belgitude » d’un auteur, c’est peut-être sa « liberté ». C’est « ne pas devoir écrire comme… » C’est « ne pas prendre au sérieux sa plume… » C’est, pour les plus francophones d’entre-nous, « se fiche du diktat de Paris où l’intelligentsia locale pond des livres de plus en plus lisses… »

 

Ah, la Belgique… le seul pays au monde où l’on n’apprend pas les auteurs nationaux à l’école.

 

Ah, la Belgique… le seul pays au monde où, dans les journaux, on consacre une page à la sortie d’un roman étranger et deux lignes à la sortie d’un roman belge ou pas de ligne du tout.

 

Mais ça m’est égal. Je continue d’écrire les livres qui me plaisent. Ils parlent de l’homme. Ils parlent de la femme. J’en suis fier. Je continue de me réjouir d’observer qu’une littérature belge puisse, malgré tous les efforts de déstabilisation et d’anéantissement, exister, bien vivante. Grâce à un réseau de résistance composé d’auteurs, d’éditeurs, de libraires, de lecteurs… Je dédie ma petite vie pour que la littérature belge bénéficie d’une jolie place en son royaume.

 

En Belgique, nous ne sommes pas assez fiers de nous.

 

Le problème, c’est que lorsque nous serons fiers de nous, alors nous risquerons de ne plus valoir tripette…

 

Je te souhaite une belle réussite dans ton travail.

 

Bien à toi, ces mots.

 

Benoît Coppée

15:13 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/03/2010

le 13 mars 2010

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu'il est temps que le malheur succombe

Jean Ferrat est mort

J’ai mal

Benoît Coppée

22:38 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/03/2010

Oh ! Théo à "Dessinons des histoires"

 

C'est pour ce w-e et Oh ! Théo y sera présent avec une surprise !!!


" Dessinons des histoires ! "
Festival d'auteurs et illustrateurs de littérature jeunesse

le samedi 13 et dimanche 14 mars de 14h à 18h

à La Médiatine, chaussée de Stockel 45
à Woluwe-Saint-Lambert
(drève d'entrée du Château Malou)
Comment y accéder?

Entrée libre, animations et ateliers gratuits (pour les enfants de 2 à 12 ans)
Le programme complet (format pdf)

Affiche DDH 2010  Affiche DDH recto

 

 

 

Cette fois-ci et c'est la surprise, Oh ! Théo sera présent non seulement avec des séances de dédicaces mais aussi, et c'est tout tout nouveau, sous forme d'un  mini spectacle (+/- 30 min) !!!

 "Le conte- la musique-l'illustration en direct" - pour les 4-12 ans c'est le samedi 13/3 de 14h15 à 15h et une seconde fois de 16h45 à 17h30 .

Et le dimanche 14/3 de 15h à 15h45.

 

Ta ta tam !!!

Nicolas

23:49 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/03/2010

Festival de cirque et d'arts de rue

Pour la septième année consécutive, le Circokot, kot-à-projet de l’UCL, est très heureux de vous inviter à son Festival de cirque et d’arts de rue.

Le temps d'une journée, les habitants de Louvain-la-Neuve vêtissent leurs habits de fête pour accueillir l'univers du cirque dans tous ses états : jongleurs, acrobates, clowns, magiciens, musiciens et autres artistes de rue.

Ce festival est divisé en deux parties : l’après midi sur la Grand- Place et la soirée, plus intime, sous chapiteau à coté le parking de l'Aula Margna.

L’après-midi est entièrement gratuite. Au programme : d’une part des spectacles d’artistes de grande renommée (Les cheap clowns, El Grito, Baltazard, Cirkus in beweging, …), des fanfares, des clowns ; d’autre part des espaces d’initiation à la jonglerie, de magie, de conte, de sérigraphie.

De quoi ravir petits et grands, étudiants et habitants, sans exception !

Le soir venu, les artistes troqueront le bitume et le ciel ouvert pour la scène et le chapiteau. En effet, grande nouveauté cette année, le Circokot vous propose à partir de 20h une soirée sous chapiteau où vous verrez défiler plusieurs compagnies envoûtantes avec en tête d’affiche Sacékripa, compagnie franco-suisse. Une participation aux frais est demandée (6€ sur place, 5€ en prévente).

Festival ouvert à tous, cet événement sans équivalent au Brabant Wallon réjouira les petits et grands dans une ambiance atypique et chaleureuse.

18:35 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/03/2010

FLB

La Foire du Livre de Bruxelles touche à sa fin. J’y suis passé quelques heures. Le temps d’interviewer Viktor Lazlo pour son très beau roman La femme qui pleure et Patrick Lowie pour son très beau livre Oudayas, La Kasbah des Oudayas de Rabat. L’évènement, organisé par la Sabam, a eu lieu vendredi soir. Ce fut une magnifique soirée. En famille. Le temps de rencontrer, au fil des dédicaces sur le stand de Sabam, les auteurs Guy Delhasse, Pascale Hoyois, Isabelle Fable, Anne-Marie Trekker, Léna Mariel, Jean Botquin, Evelyne Wilwerth… C’est toujours un bonheur d’être ensemble. Ce week-end, j’ai découvert un livre surprenant. C’est Patrick Lowie, directeur des Editions Biliki (la maison d’édition qui a fait confiance à mon dernier roman) qui l’a glissé dans ma poche. Le livre, je vous le recommande. Il s’agit de Patrick Lowie est pour l’interdiction de la raclette suisse en Belgique. C’est une première mondiale. Filez vite sur le site des éditions Biliki pour découvrir le concept et vous procurer le livre. Ensuite, lorsque vous aurez le livre en mains, filez vite au post 184, page 38. Trop mignon. Merci, Patrick ! Et bravo pour ton travail ! La foire du livre touche à sa fin. Trois petits tours et puis s'en vont, les auteurs rentrent chez eux. Créer. Au calme. Merci à vous tous qui êtes venus pour une dédicace, un mot gentil, une attention, une présence. Je pense à Christiane qui aime Le Silence d'Aurore, je pense à Antoine qui rêve de devenir écrivain (vas-y, fonce !), je pense à notre public fidèle, sur le stand de Philéas et Autobule, les enfants aux grands yeux tournés vers Théo et Nina. Ce sont toujours de beaux moments. La Foire du Livre de Bruxelles touche à sa fin. On en ressort toujours des étoiles plein les yeux. Il est permis de lire !

Benoît Coppée

21:13 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/03/2010

Foire du Livre de Bruxelles

 

Benoît et moi, nous serons en dédicace au stand N°318 de la revue Philéas et Autobule ce samedi 6 mars de 15h00 à 16h30 à la Foire du Livre de Bruxelles

logo

Nous serons très heureux de vous y rencontrer avec notre facétieux Oh ! Théo.

Coucou !

A tout bientôt ?

Nicolas.

10:50 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/02/2010

A propos du Silence d'Aurore

Ce magnifique roman raconte l'histoire d'un homme qui se recompose suite à la mort de son amante. C'est le chemin du deuil...

... C'est le long cheminement d'une transformation. Ce que pleure et hurle le narrateur du Silence d'Aurore, nous l'avons tous pleuré et hurlé, un jour ou l'autre. Mais nous avons oublié que nous l'avons pleuré et hurlé. Il raconte l'histoire d'un drame universel. Car lorsque la lame de la vie touche d'un coup tranchant nos âmes, nous envoyons ces douleurs aux oubliettes. Chacun de nous a connu ce malheur.

L'épreuve à traverser, n'est pas une chose facile. Benoît Coppée l'a su durant son voyage à travers le papier. Pour écrire ce livre, pour tenter de m'identifier, à la douleur du personnage, j'ai hurlé, j'ai pleuré, j'ai mangé du sable, j'ai cru devenir fou. Fou de douleur et fou de solitude.

Il s'agit ici d'un long poème, d'une liberté narrative forte, d’une œuvre à fleur de peau où la dramaturgie, parfois, explose en soleils ou en orages. L'intrigue n'est pas tissée à la ligne claire. J'ai voulu qu'elle se vive plutôt qu'elle ne se lise. Le personnage principal se transforme au gré de situations nouvelles, il y a donc une histoire !

Un cadeau d'une plume douce et poignante. Un récit à travers la douleur qui peut nous faire oublier ce que nous sommes, qui nous sommes.

In Sabam Magazine n° 58

11:12 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/02/2010

Pour Haïti

Chers tous,

 

J’ai l’honneur de vous annoncer ma participation à l’ouvrage collectif Pour Haïti.

 

Pour Haïti réunit des textes inédits d’écrivains et poètes du monde entier en solidarité avec Haïti. Ce florilège rassemble plus de 130 auteurs d’Europe, d’Afrique, d’Asie, des Caraïbes, des États-Unis, du Canada, de l’Océan Pacifique, de l’Amérique latine, s’exprimant à l’unisson POUR HAITI.

 

Les auteurs renoncent à percevoir tous droits d’auteur sur cette publication. Chaque personne qui achètera ce livre fera, par la même occasion, un don à Haïti.

 

La francophonie est y largement présente, et elle y est à l’honneur, en hommage à l’Haïtien Alexandre Dumas et à sa ville natale, Villers-Cotterêts, qui a vu naître la langue française.

 

Les textes d’auteurs étrangers sont fournis dans la version originale et traduits en français.

 

Pour Haïti contient aussi bien des fictions que de la prose à portée historique ou des réflexions sur le passé et le devenir d’Haïti, outre les textes poétiques exaltant le merveilleux haïtien.

 

Le bénéfice des ventes de Pour Haïti sera reversé à l’association œuvrant à la reconstruction des bibliothèques en Haïti, Bibliothèques sans Frontières (BSF).

 

Il importe d’aider Haïti à se relever y compris en veillant à l’éducation et à la transmission du savoir, de la culture, de l’imaginaire et de la beauté.

 

Pour Haïti
Editions Desnel

www.desnel.com

ISBN : 978-2-915247-29-9
416 pages
Prix : 21,80 €
Mars 2010

 

Pour Haïti sera disponible dans toutes les bonnes librairies (FNAC…) en France, DOM, Belgique et Suisse.

 

Pour commander l’ouvrage, s’adresser à info@desnel.com

 

Cordialement,

 

Benoît Coppée

-----------------------------------------------------------

 

POUR HAITI, collectif coordonné par Suzanne DRACIUS, collection Anamnésis, réunit des inédits d’écrivains et poètes du monde entier : René Depestre - Maryse Condé- Jean Métellus- Alain Mabanckou- Suzanne Dracius- Monchoachi- Léonora Miano- Juan Gelman- Joël Des Rosiers - Bruno Doucey- Tahar Bekri- Ernest Pépin- Tanella Boni- Zoé Valdés- Jack Hirschman- Koffi Kwahulé - Michel Bénard - Claude Beausoleil- Kama Kamanda- Pablo Poblète- Patrick Mathelié-Guinlet- Zeydel Bernal- Claude Paradis- Jean Boisjoli- Gabriel Okoundji- Fiston Mwanza- Gilbert Desmée- Maggy de Coster- Denizé Lauture- Mario Urbanet- François Fournet- David Cheramie- Joël Conte- Johanne Haubert- Emmanuel Berland- Maria Desmée- Christophe Forgeot- Cristina Isabel de Melo- Rome Deguergue- Ludovic Chaptal- Francis Combes- Marie David- Martine L. Jacquot- Cinta Montagut- Edith Piotrowski- Michèle Bourgon- Fatoumata Kane Ki-Zerbo- Alain Helissen- Éric Dubois- Françoise Coulmin- Georges Meckler- Rita M. Ekuanitshit- Yves-Romel Toussaint- Abdellatif Laâbi- Carole Huynh Guay- Rosa Alice Branco- José Le Moigne- Agneta Falk- Roland Lagoutte- Matcheu Madjeu Wembou- Sarah Menefee- Julie Stanton- Marie-Line Ampigny- Bernard Pozier- Françoise Roy- Sabah Zouein- Nicolas Kurtovitch- Jean-Claude George- Denise Bernhardt- Joseph Pacini- Nora Atalla- Diane Descôteaux- Julienne Salvat- Frédéric Ohlen- Chantal DesRochers- Anny Cat- Ndongo Mbaye- Gary Klang- Ghislaine Dewier-Renard- André Brochu- Colette Nys-Mazure- Yvon Le Men- Andrea Moorhead- Max Rippon- Rosemay Nivard- Sylvain Rivière - Nathalie Féron - Denis Pourawa - Nicole Barrière - Jean Foucault - Imasango - Éric Pézo - Roland Nadaus - Malik Duranty - Marie-France Danaho - Raoul-Philippe Danaho - Jean Jauniaux - Ghislaine Sathoud - Cécile Oumhani - María Gay - Jean-Claude Martin - Charles Dobzynski - Mahamoud M’Saidie - Anderson Dovilas - Chantal Danjou - Hughes Labrusse - Lydia Padellec - Jean-Jacques Séwanou - Dabla Eugène - Ebodé Celito Medeiros - Josaphat-Robert Large - Patricia Grange - May Livory - Claudine Bertrand - Lélia Young - Marie-Claude Céleste - Isabelle Dormion - Julie Dorval - Benoît Coppée - Charles-Henri Fargues

18:43 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2010

Gainsbourg

Je réécoute Gainsbourg. Parce qu’un film va bientôt sortir. Parce que ça fait bientôt 20 ans qu’il est mort. Parce qu’il est de mon époque. Et déjà de celle de mes parents. Parce que cet été, je me suis rendu en pèlerinage rue de Verneuil, discrètement passer la main sur la façade de sa maison. Yesterday yes a day. Quoi. Pull Marine. Love on the beat. Jane B. La noyée. The initials BB. Les dessous chics. Et quand bien même. Sorry Angel. Variations sur Marilou. Aux enfants de la chance. La chanson de Prévert. Marilou sous la neige… A la lecture de sa vie, je n’en reviens pas de sa générosité à dire l’amour en ses drames. Tu t’en vas à la dérive sur la rivière du souvenir et moi courant sur la rive je te crie de revenir Mais lentement tu t’éloignes et dans ta course éperdue peu à peu je te regagne un peu du terrain perdu… De temps en temps tu t’enfonces dans le liquide mouvant ou bien frôlant quelques ronces tu hésites et tu m’attends… Il y a tout à apprendre sur l’art d’écrire une chanson chez Gainsbourg. Tout à apprendre qui nous dépasse. Qui me dépasse. C’est merveilleux.

 

Benoît Coppée

21:43 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2010

Haïti

L’épicentre est dans mon cœur

Et je tremble à l’intérieur

 

Fallait-il, oh !, que tu sombres

Pour sortir enfin de l’ombre ?

 

Haïti

L’île étoile dans le chaos

 

Haïti

A la vie, je t’accroche

 

La vie vole mais ne veut pas

Qu’on renonce, qu’on n’y croie pas

 

Haïti

Mille étoiles dans le chaos

 

Haïti

A la vie, je t’accroche

 

 

Benoît Coppée

20:17 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/01/2010

2010 ? C'est parti !!!

A toutes

A tous

Nous vous souhaitons

Une belle et heureuse année

Voeux 2010

Qu'elle soit pour vous

Poésie

Tendre

Aquarelle

Douceur

Et pleine de vitalité !!!


Nicolas pour l'équipe Oh ! Théo

 

 

16:35 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/01/2010

Des nouvelles de notre Pataphoniste préféré ...

 

En ce début d’année que nous vous souhaitons encore douce et légère, nous avons le plaisir de vous annoncer :
 
* Un site joliment relooké. www.maxvandervorst.be  ( grâce aux nouvelles photos de Melisa Stein et à la science du webmaster  Renoar Hadri).

* La sortie imminente de deux toutes nouvelles collections de cartes postales. Bientôt disponibles dans tous les kiosques de Pataphonie Centrale, ainsi que sur notre site.

* Le 12-01 de 19 à 20 h – RTBF radio (la 1ère) – Le Monde est un village – Présentation et extraits musicaux du spectacle « Patafrica ».

* Reprise exceptionnelle du projet « Patafrica » (rencontre Nord-Sud autour de la « Lutherie Sauvage »): le 15 janvier prochain au Centre Culturel d’Auderghem (voir document ci-joint et article dans le prochain numéro du supplément Focus du « Vif- l’Express »). Réservations : 02 660 03 03

 

Autres dates de spectacle pour le mois à venir :

18 et 19-01 : « Symphonie d’Objets Abandonnés » à  La Motte Servolex (F 73) www.mairie-lamotteservolex.fr

20 et 21-01 : « Symphonie d’Objets Abandonnés » à Rumilly (F 74) www.mairie-rumilly74.fr

27 et 28-01 : « Symphonie d’Objets Abandonnés » à Mainvilliers (F 28) www.cornegidouille.com

6-02 : « Symphonie d’Objets Abandonnés » à  Jette (Bxl – B). Une très rare occasion de (re)voir ce spectacle en Belgique.

Au plaisir de vous accueillir lors d’un de ces prochains évènements.

Max Vandervorst

gview_002

 

Et dépêchez-vous donc vite d'aller faire un tour, si petit soit-il, sur son site  www.maxvandervorst.be  aux sons si fabuleux ...

Nicolas

23:02 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/12/2009

Dans les dunes, suite ...

 

Et de courir. Et de jouer. Et de blessures en fatigue... C'est toujours jouer !

Avec le bruit de la mer et le cri de ses blancs voiliers pour fond sonore.

Théo et Nina dune

Nicolas

13:32 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/12/2009

Dans les dunes...

 

Théo et Nina se cherchent et jouent dans les dunes du côté de Wissant.

Ces esquisses font partie d'une recherche pour une nouvelle game de tons et de mise en couleur pour Oh ! Théo.

 

Nina_dune

Théo_dune

Nicolas

17:37 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/12/2009

Par amour...

Par amour…

 

J’ai un havre où j’aime aller manger. Le midi. Le soir. Le restaurant s’appelle Délices d’Asie. Il est situé à Evere. Il propose des spécialités vietnamiennes et thaïlandaises. Zoom, son patron est un ami. Allez-y faire un tour. Par amour… Dites à Zoom que vous venez de la part de Benoît. Peut-être Zoom vous racontera-t-il son histoire. Merci de soutenir mon ami.

 

Délices d’Asie

1125 Chaussée de Haecht

1140 Bruxelles

Tel : 02.245.03.33

Ouvert tous les jours de 12 :00 à 14 :30 et de 18 :00 à 22 :30

Fermé le samedi midi et le dimanche

23:22 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/12/2009

Et le Silence

Et le Silence…


Septembre est déjà loin. J’ai l’impression d’avoir voyagé dans une navette spatiale. Décembre me dépose sur la Terre. Qu’ai-je fait de ces semaines où j’ai fait silence sur le Blog ? J’ai beaucoup travaillé. Au Conseil d’Administration de la SABAM. A construire, avec mes collègues, avec mes pères et mes pairs, une société d’auteurs forte où tous les auteurs ont une place, un espace de protection. La SABAM, j’y suis entré lorsque j’avais 16 ans. Trente ans plus tard, j’ai le bonheur et la responsabilité de faire partie de son Conseil d’Administration aux côtés de Stijn Coninx, Paul Louka, Johan Verminnen... J’y consacre beaucoup de temps. Réflexions. Rencontres. Contacts. Réunions. Je désire rendre ce que j’ai reçu et m’a permis de mener à bien mon métier d’écrivain ces dix dernières années. Mon dernier roman Le Silence d’Aurore ne fait pas l’unanimité. On le déteste ou on l’adore. C’est « zéro » ou « quatre étoiles ». Le livre continue son petit bonhomme de chemin grâce aux bons soins des Editions Biliki. Comme moi, sans grand éclat, mais avec beaucoup de sincérité et de générosité. Le monde de la création est impitoyable. Hier, dans la gazette, j’ai vu qu’on consacrait une page tout entière au dernier livre de Marc Lévy qui en a déjà vendu 39 millions… A-t-il encore vraiment besoin de cette page pleine ? Comment les services de presse de certaines maisons d’édition peuvent-ils se montrer, à ce point, persuasifs ? Je pense au jeune romancier belge qui tente d’obtenir une petite ligne de trois mots dans ce même journal. C’est dire s’il y a du boulot pour la défense et la promotion des auteurs de notre pays. Un travail magnifique puisqu’on part de pas grand-chose. Je suis comme ça : je me réjouis de ce qui ne fonctionne pas parce qu’il y aura toujours de quoi alimenter ma machine à actions. Actions sans bruit, sans tapage. Actions en douceur, dans les coulisses. Au pas à pas. J’y crois. C’est toujours de cette manière que j’ai désiré mener ma carrière d’auteur. Avec fruit. Durant les temps de Toussaint, j’ai mis la dernière main à Bora, le scénario de long métrage sur lequel je travaille en collaboration avec Alba Matti depuis de nombreux mois. Une histoire dure. Deux personnes ont lu le scénario. Deux coups de cœur. Ouf. On laisse reposer un peu les émotions. Avec Alba, on met la touche finale au scénario fin décembre. Durant les temps de Toussaint, j’ai également terminé l’écriture d’Un cri dans la nuit, une prochaine histoire de Théo et Nina pour les enfants. Un nouveau concept, une nouvelle manière de raconter. J’ai confié les textes aux bons soins de Nicolas. Entre deux travaux urgents, Nicolas tente et teste de nouvelles mises en couleur, de nouveaux graphismes. A l’instant d’écrire, j’écoute Delchambre Acte III le dernier CD d’Albert Delchambre. Je vous le recommande. Albert chante comme mon âme respire. Oui, c’est un peu comme ça à l’intérieur de moi. J’ai pleuré, beaucoup, dimanche soir dernier, lorsque je suis allé écouter la 9ème de Beethoven, sous la baguette de Robert Janssens, au Cirque Royal. Que d’émotions. Mes larmes ont accompagné tout le premier mouvement de cette symphonie. Heureusement qu’il faisait noir. J’ai accompagné avec tellement de plaisir les participants à mes ateliers d’écriture à l’Ecole SASASA. Quel bonheur, pour moi, de transmettre en ces instants, toutes les richesses que j’ai reçues d’autres écrivains. C’est une passion, pour moi, de transmettre. Au cinéma, je suis allé voir Gran Torino, Slumdog Millionaire, Coraline, Léonora, The Reader, Welcome, Séraphine, Revolutionary road, Secret Défense, Sœur Sourire, Coco avant Chanel, Los abrazos rotos, Le Concert, Les Barons, J’ai tué ma mère, Twilight, Mères et filles, Watever works… J’ai des rêves plein la tête, des projets plein les mains. J’aimerais avoir 5 vies pour les mener tous à terme. Du plus simple au plus complexe. J’aime la vie que je me suis construite avec mes possibles, avec mes limites, avec mes dons, avec mes courages. J’envoie toutes mes prières dans le ciel d’hiver pour qu’à Copenhague, les maîtres du monde se décident à écrire le plus beau scénario possible. Nous n’aurons pas d’autre choix que de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. La planète doit arrêter de fumer… A quoi bon attendre encore ? Faudra-t-il aller jusque tout au bord du précipice ? Nos sagesses vont décider de belles courbes. C’est un peu ça, le mouvement de l’être humain : tenter la vie aux limites et revenir à la sagesse.

 

Bien à vous,

 

Benoît Coppée

10:12 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/12/2009

Vernissage de sortie du volume 4

 

Yes ! Cette fois, ça y est !

La sortie officielle du volume IV de Diane Drory avec OH ! Théo en guise d'illustrations est annoncée pour ce mardi. Toutes les infos pour se retrouver autour de cet événement sont notées dans l'invitation ci-dessous.

Autre bonne nouvelle, le volume IV de Diane Drory est annoncé avec trois autres petits frères, illustrés  richement avec brio eux aussi.

Au réel plaisir de vous y retrouver !!!

Les auteurs.

invit vernissage

Nicolas

17:51 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

04/12/2009

C'est la couverture du tome 4 !!!

Ca y est, le pdf de la couverture vient de nous parvenir !!!

Bravo et toutes nos félicitations à Viviane qui a donc découvert le bon titre !!!

 

Soliflor zero_cover-carre

Nicolas

18:14 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |