03/01/2009

C'est mon voeu le plus cher

Je ne sais plus ce qu’il faut souhaiter à la fin. Tous les ans, on recommence les mêmes vœux de bonne santé et de bonne fortune. Et tous les ans, à la première occasion, on plante un couteau dans le dos de la vie, de l’amitié ou de l’amour. Vivre est tellement délicat. Vivre est tellement précieux. Vivre est tellement difficile. Que sait-on de nous ? Que sait-on de la manière dont on paraît à l’autre ? Que sait-on des blessures qu’à travers nos mots, nos gestes, nos yeux, nos défaillances, nos absences, nous infligeons à l’autre ? On devrait pouvoir s’asseoir sur une chaise. Une chaise rouge. Et entendre des autres, de tous les autres, l’expression en miroir de nos parts belles et l’expression en miroir de nos parts sombres. On devrait pouvoir s’asseoir sur une chaise. Une chaise rouge. Et entendre de l’autre nos quatre vérités. L’autre nous dirait nos parts misérables. Ces parts qui nous exhortent à trimbaler le fiel et à vivre de rapine. Je ne sais plus ce qu’il faut souhaiter à la fin. Des vœux de bonne santé et de bonne fortune ? Ou bien des vœux de quatre vérités. Ces quatre azimuts où, sur la route qui va de l’humain à l’humain, on se réchauffe à l’adresse du sensible. Des vœux qui diraient : Là, je pense que tu es blessant… je pense que tu ne respectes pas la vie… je pense que tu ne vas pas chercher le meilleur possible de toi… Je pense que tu te sabotes… Et je pense que tu gagnerais à transformer cela… En sommes-nous capables ? Sommes-nous capables d’accueillir l’autre pour entendre de lui nos quatre vérités en miroir ? Je ne sais pas… On est tellement orgueilleux. On est tellement fiers.

 

Mais en fait, à travers nos orgueils et nos fiertés, ce sont nos fragilités qui se cachent et se font tant de mal à tant et tant se taire.

 

Alors, voilà, moi, je viens vers toi pour te dire : Je te souhaite de pouvoir trouver l’endroit où te montrer fragile. Et entendre de l’autre.

 

C’est mon vœu le plus cher.

 

Benoît Coppée

17:54 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le Silence d'Aurore

Il est parti, le texte de mon prochain roman. Il est parti, chez l’éditeur. Les éditions BILIKI. La couverture est belle. Hassan y a mis tout son cœur, tout son talent. Le livre, c’est un roman fort. C’est un livre qui brûle les yeux. Il s’appelle Le Silence d’Aurore. J’y parle d’une femme aux yeux verts. D’un voyage en Trabant vers la Pologne. De cent ballons qui volent dans le ciel. D’un jeune marin du nom de Olafsen. D’une plage de Granit Rose. De la mer.

 

couvaurore01-140

 

Tentant quelques lignes pour présenter ce texte, j’ai écrit : Un homme est arraché à la fusion. Extraction du Paradis. Déchirure inopinée. Décharné, sans azimuts, il entame un processus de deuil. Il devient fou. Il hurle. Il incendie. Il dévaste. Il humilie. Il s’humilie. Il tue. Il se tue. Il s’invente des retrouvailles où il est le maître du monde. Mais il est pauvre de tout. C’est ça, la vérité : On est pauvre de tout. Autoportrait.

 

Car nos amours, en leurs Paradis et leurs Enfers, ne sont que des retrouvailles avec les premiers bras qui nous ont tant aimés et tant désaimés. Les bras de l’Unique. Les bras de nos mères. Le Silence d’Aurore est probablement un drame universel.

 

A paraître bientôt aux éditions BILIKI.

 

www.biliki.com

 

Benoît Coppée

17:11 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Carnet de croquis XV

Bonjour à toutes et tous.

Nous voilà arrivés à la fin de ce carnet de croquis réalisé cet été pendant que je crayonnais le tome 3 des "Choses de la vie" de Diane Drory édité aux Editions Soliflor : "La famille idéaleMENT". Merci à mon pote scénariste Benoît pour ses scénarios tantôt caustiques, tantôt émouvants...

L'équipe de ce blog vous souhaite une bonne et heureuse année 2000 NEUF !!! 

PS : un p'tit dessin suivra bientôt sur ce blog ... Patience...

Rayé02

Nicolas Viot

14:53 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |