31/10/2006

François Coppée

lightbis

Difficile, parfois, de s’appeler Benoît Coppée lorsqu’un illustre auteur, François Coppée, rôde encore dans la mémoire collective. La dernière fois que l’on m’avait appelé François Coppée, c’était dans les pages du pourtant réputé très sérieux journal Le Soir, en mai 2006 –et paf, voici ma vengeance. Allez, on peut toujours rigoler en disant que certains journalistes racontent n’importe quoi, HA ! HA ! HA ! –et repaf !-, mais quand il s’agit d’un éditeur qui libelle un chèque au nom d’un auteur mort en 1908… hi, hi, hi… on sourit, quand même. Allez, allez… Bon, quand vais-je toucher mon avaloir avec tout ce bazar ?

 

Benoît Coppée

16:20 Écrit par Oh ! Th dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.