06/01/2006

Avec un bâton

Bonjour à tous,
 
Ce matin, dans ma ville sous le soleil et les avions, j'ai marché en rue avec un bâton. Une manière de continuer la campagne, de l'emmener avec moi et de frapper les dalles de trottoirs d'un rebond de sagesse. Mais en rue, avec mon bâton, les gens se méfiaient de moi. Ils se disaient, peut-être, que j'étais là pour les attaquer ou que sais-je. Un homme, en ville, avec un bâton à vache, ce n'est pas normal. Non. En effet. Ce n'est pas normal. Mais loin de la nature mon coeur durcit. Alors, je l'emporte avec moi, la nature. Dans mes poches sous forme de cailloux. Dans mes mains sous forme de bâton. Et comme Mimisiku dans Un Indien dans la ville, je jette des sorts aux sattelites, aux fusées, aux avions. Où est le silence ?
 
Benoît Coppée

13:34 Écrit par Oh ! Th | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.