15/12/2005

Le Carnet et les Instants

A quoi ressemble la matinée d’un écrivain ? Eh bien, aujourd’hui, à huit heures, je me suis rendu dans un centre de prélèvement pour me faire soutirer quelques fioles de sang. Nos santés sont fragiles. Nos santés sont à prendre au sérieux comme on prend au sérieux nos enfants. Nos santés sont nos enfants en nous. Je n’aime pas voir mon sang dans des fioles. Cela me rappelle des souvenirs de douleurs. Soit. Ensuite, je suis passé à ma boîte postale. Là, j’ai découvert Le Carnet et les Instants, la revue littéraire du Service de la Promotion des Lettres belges. C’est un bonheur de découvrir cette revue qui parle de l’actualité littéraire belge. Oh, page 55, mon regard est accroché par une image que je connais bien. La revue évoque les deux albums de « Oh ! Théo ». C’est gentil, la rédaction d’avoir offert une belle place à « Oh ! Théo ». Mais autre chose me touche : les albums de « Oh ! Théo » sont référencés juste à côté de Noémie la petite fourmi le livre pour enfant que Julos vient de publier avec Johanna Dupont aux éditions Norina. La journée d’un écrivain est souvent empreinte de solitude nécessaire. Mais, pris dans leurs occupations parallèles, c’est dans les revues que parfois, les auteurs se croisent, se donnent rendez-vous, se font des signes. Julos, je t’embrasse au cœur à cœur. Benoît

10:22 Écrit par Oh ! Th | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.