15/11/2005

des vies tout entières qui se transforment

En même temps que défilent les strips de « Oh ! Théo » devant mes yeux, sous mes doigts, dans mes pensées, mes créativités, au fil des mois et des semaines, c’est parfois ma vie tout entière qui passe, repasse, se compose, recompose ou se décompose dans les histoires que j’invente. Je dédie le strip paru cette semaine à Cécile et Paul. C’est la deuxième fois que je dédie un strip de « Oh ! Théo » dans les pages du Ligueur. La première fois, c’était à une équipe d’infirmiers et d’infirmières du service de néonatologie de l’hôpital CHU à La Louvière. Sans doutes avais-je été touché, moi, par ces professionnels de la si petite enfance. Si ma vie ne m’a pas porté en couveuse, en revanche elle m’a porté en isolement. La différence entre une couveuse et une chambre d’isolement stérile, c’est juste une question de taille à l’aquarium et de chaleur, je crois. Ce strip-ci, je le dédie à Cécile et Paul qui m’accueillent au sortir de l’aquarium aux fallacieuses transparences –quand on croit que tout est possible mais que, comme une mouche, on se heurte, poc, poc, tac, aux barreaux de certaines indicibles cellules. Cécile et Paul, sans doutes ai-je beaucoup abîmé leur amour. Cela suffit aujourd’hui. Je ferme un chapitre. Un autre s’ouvre. En même temps que défilent les strips de « Oh ! Théo » c’est parfois des vies tout entières qui se transforment.

 

Benoît Coppée


14:53 Écrit par Oh ! Th | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.