20/10/2005

 13:49 la nouvelle est tombée

Folon est mort
 
La nouvelle vient d'arriver au bureau. Le monde autour de moi s'arrête. Plus grand-chose n'a d'importance. Je ferme les écoutilles de mon domaine, de mon bureau, de mes emails, de mes téléphones. Je pense aux dessins du maître. Je pense à la chanson d'Yves Duteil : "Comme dans les dessins de Folon...". Je pense à l'homme, l'artiste, le poète. A ce qu'il nous a offert de lui et qui est éternel, tellement universel. Oh... Il nous aura tant et tant inspiré. Oh... Il m'aura tant et tant offert de rêver, d'espérer et de frissonner.
 
 
 
 
 

Il y a
En chacun de nous
un peu des aquarelles
De Jean-Michel
De Folon
Qui coulent
Et roulent
Et se glissent
Ouvrent le monde
A l'image de l'homme bleu
De son chapeau
De ses oiseaux
De ses rêves
Et de ses mains

Il y a
De Jean-Michel
De Folon
Les arcs-en-ciel
Qui vivent
Et colorient
Illuminent
Dansent aux étoiles
 
Nous sommes
Comme de Jean-Michel de Folon
L'homme au chapeau bleu liquide
Dans le ciel rouge
Zébré d'un sourire
Orangé
 
 
Benoît Coppée à Evere le 20 octobre







15:06 Écrit par Oh ! Th | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Hom' est seul Hom' a tombé par terre, c'est la faute à la mort
Hom' volait comme Folon colorait, peinturait,
quand la nouvelle lui est tombé dessus
comme un météor pas prévu
Mais il va relandibardiner jusqu'au bout glacé du 7ème ciel
où selon les anciens les âmes des morts siègent sur l'arc en ciel de
l'archivolte de la dernière voûte des cieux
et tailler la bavette avec l'aquareliseur
Folon est mort, mais il marche avec des promeneurs d'étoiles, sur la piste centrale de la voie lactée, juste au bord du monde.
Et quand je rêverai à mon prochain sommeil : j'aurais rendez vous avec lui...

Écrit par : Babel | 20/10/2005

rêvons le monde pour demain avec dans nos mémoires ceux d'hier... Comme Nicolas,
j'ai appris la triste nouvelle
à la radio ce vendredi matin
programmée en principe,pour me réveiller
en douceur, pas avec du malheur...
c'est vrai que ces derniers jours
de tremblements de terre en ouragans
de pluies torrentielles en famines
il nous faut chercher les arcs en ciel...
à Waha, petit villege non loin de Marche,
Jean-Michel restera pour longtemps,
sur les vitraux de la petite église romane
qui portent ses oeuvres
les offrent aux yeux des ^promeneurs,
des curieux du patrimoine et du coeur
Des couleurs vives de nos pagodes,
aux arcs en ciel les plus pastels,
tressons nos vies en dessinant nos rêves
et alignant les mots de nos souvenirs vers l'avenir
un peu par nos soleils, nos étincelles
faire fuir brouillards et grisailles.
cette semaine je vais colorer ma classe
de pagodes et d'arcs en ciel,
en pensant aux artistes,
à leur voix, leurs sons, leurs images ou leur mots
à leurs messages d'humanistes,
à leurs actions, à leur engagement
qui si souvent nous inspirent
comme des courants d'air qu'on respirent.
Par tous nos sens,
ils entrent en nous et installent
au plus profond du cérébral
leur énergie dans nos mémoires.
Que d'émotion, par ma fenêtre la pluie vient de s'interrompre
et le soleil arrive,
vite je cherche la magie d'un arc en ciel...

Écrit par : marina | 22/10/2005

Les commentaires sont fermés.