04/10/2005

Ordre et désordre !

Merci Théo pour ta belle histoire sur l'ordre et surtout le désordre dans le ligueur de cette semaine.
Mais dis, ton amie Diane, elle est vachement sérieuse sur ce coup là!
"Pour l'adulte, par contre, cela paraît évident de fermer le tiroir qu'il a ouvert, de remettre à sa place l'outil qu'il a employé, de rendre l'objet qu'on lui a prêté, etc." Heu, oui, on va dire oui,...et le etc... il couvre beaucoup de bonnes résolutions dans le même genre?
Et le coup de "Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place". C'est vague "chose" et "place". Comme la bonne vieille blague du pirate qui demande au capitaine: "dites capitaine, quand on sait où se trouve quelque chose, on ne l'a pas perdu?" "Ben, non, si on sait où il se trouve" "Et bien alors on n'a pas perdu le trésor, il est au fond de la mer!" L'histoire ne dit pas si le capitaine a envoyé son matelot le chercher...
On pourrait écrire un roman sur l'ordre et le désordre. J'ai trouvé quelques belles citations. Les deux qui m'inspirent le plus:
"Au fond, est-ce que ranger, ça ne revient pas un peu à foutre le bordel dans son désordre?" Philippe Geluck
"La sérénité dans le désordre est un signe de perfection" Proverbe chinois.
Je l'aime vraiment bien celui là!

une maman à la recherche d'une certaine forme de perfection.
 
saphirvd-lazuly@yahoo.fr

17:22 Écrit par Oh ! Th | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

l'ordre règne... J'ai un désordre "particulier" sur mon bureau : c'est la dérive des continents, des paquets de feuilles, toutes précieuses, brouillons gribouillés à la volée et soigneusement dépliés, empilés. Le principe est simple : l'urgence tombe d'elle-même sous les yeux et da la pile, et seuls les cimetières sont alignés au cordeau : vive la vie !!!
Mais ceci dit, en dehors de mon bureau, "où c'est pas pareil", j'aime qu'un ordre relatif, pas celui de Varsovie, mais quand même un peu d'ordre règne et..miracle, j'ai épousé celle qui en a le génie...
La vie est parfois bien faite...

Écrit par : Babel | 21/10/2005

Les commentaires sont fermés.