24/07/2005

Les enfants, nos boussoles... par Véronique

Un tout grand merci, Véronique pour ton beau message si proche de la vie !

Nous y ajoutons la photo d’une enfant boussole prise lors du défilé du 21 juillet à Bruxelles.

Si l’enfant boussole, se reconnaît et qu'il nous fait signe, promis, on lui envoie un petit dessin de « Oh ! Théo ».

 

Benoît et Nicolas

 

 

 

Je voulais raconter une petite histoire. L’histoire de moi qui, il y a quelques jours, n’ai pas su assez rire d’une bêtise… Parce que, je fais la maligne, mais ça demande beaucoup de vigilance de savoir rire des bêtises !


Chaque fois que je fais les courses avec mes deux asticots, je me dis que c’est la dernière fois tellement ils sont turbulents. Mais, ce qui est terrible (et que je ne vais certainement pas leur dire maintenant) c’est que mon frère et moi, on était probablement encore pires… C’est peut-être un juste retour des choses, mais ça a mis mes nerfs à rude épreuve. Après avoir dû mettre fin à une course de caddies, la goutte qui a fait déborder le vase c’est d’arriver à la voiture et de ne plus trouver mes clefs !

Mauvaise idée, très mauvaise idée (à moi) de laisser le trousseau de clefs accroché au caddie. Il n’a pas dû résister au rallye entre les rayons. Ce qui m’a vraiment mise hors de moi, c’est que le plus petit me dise qu’il avait vu tomber les clefs au milieu d’une allée sans rien dire.


½ heure de recherche dans tout le magasin, dur, dur, dur, très dur de se contenir... et pas du tout, du tout envie de rire. Et c’est bête, parce que j’aurais dû, mais le cerveau s’emballe « comment je vais faire ? Et si je ne les retrouve pas ? Et mes courses comment je vais les ramener ? Et si quelqu’un essaie de piquer ma voiture ? Et zut j’ai aussi perdu les clefs de la maison ! Et notre amie qui nous attend devant la maison avec ses trois enfants et zut son GSM ne répond pas, etc… »


Impossible à faire taire ces idées, et je n’ai pas réussi à retrouver mon calme. Heureusement les gens ont été sympas avec moi. On a fini par les retrouver et puis on se sent tellement bête !

 

Tout ça pour dire, que même avec les meilleurs intentions, la vie nous emporte trop souvent là où on n’a pas envie d’aller.  Parfois, trop souvent je crois, on « perd la boussole ». J’étais en colère, j’aurais pu être vraiment désagréable avec quelqu’un, qui peut-être avait justement besoin d’un sourire.
Et puis le soir, je suis allée à un cours de danse que j’aime beaucoup. Les mains les unes contre les autres, nous avons pris appuis les unes contre les autres. Nous avons essayé de sentir l’appui que nous pouvions prendre dans le sol, et l’appui que notre tête pouvait prendre vers le ciel. Trouver sa place, ancré, entre la terre et le ciel. Trop souvent ballottés par trop de trop de choses, par un souci de vouloir aller toujours plus vite, on perd cet état d’être et de vivre la vie.


Je voudrais ne plus oublier que régulièrement je dois me relier à la terre et au ciel pour me dire que je vis chaque instant en étant présente dans chaque geste. Ne plus oublier qu’à chaque seconde, je donne au monde et le monde me donne. Ne plus passer au dessus des choses, ne plus risquer de ne pas sourire à quelqu’un qui en a besoin.

 

C’est terrible de voir comment la violence se crée. La violence commence à l’intérieure et si on n’y prend garde, elle fini par sortir…les autres n’ont pas besoin de ça.


Voici un petit texte que j’aime beaucoup de Jacques Salomé. Je l’avais tapé le matin et pourtant quelques heures plus tard, il m’a échappé quand j’aurais dû y penser !



"Etre heureux, c'est accepter de l'être tout de suite
Oui
Sans conditions particulières,
En acceptant d'accueillir
l'inouï de l'instant.
Etre heureux,
c'est accepter d'entrer dans le bonheur,
sans attentes ou exigences.
La clef du bonheur
est de ne jamais y renoncer
et d'accepter
qu'il ne soit ni total,
ni immédiat.
A le chercher,
le bonheur se perd
trop souvent."

Il faut absolument essayer de tous être des boussoles les uns pour les autres. Et comme le dit Brigitte, avec d'autres mots, nos enfants sont bien souvent nos boussoles.

véronique

saphirvd-lazuly@yahoo.fr




13:40 Écrit par Oh ! Th | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.